L'art de la tisane

Dernière mise à jour : 22 juin


C'est une triste réalité : tout le monde ne sait pas faire de la bonne tisane. C’est un comble car c’est sans doute la plus vieille boisson du monde ! Du moins à partir du moment où on a inventé la casserole… ou son ancêtre… d’ailleurs que peut être l’ancêtre de la casserole ? Je me le demande mais je m’égare…


Infusion versus décoction/macération

Présentement je ne vous parlerai ni de décoction, ni de macération… je vous parlerai d’infusion ! Je m’adresserai donc uniquement aux parties de plantes sèches telles que les feuilles, les fleurs, les petits fruits ou même les tiges (les petites tiges frêles !!!) : ces parties de plantes légères et fragiles !

En effet, racines, écorces ou fruits (imposants à infuser) nécessiteraient sans doute autre chose qu’une infusion pour qu’ils vous offrent leurs principes actifs (ce qu’on cherche quand on met des plantes dans de l’eau)... on leur proposerait (à ces gros éléments) une macération ou une décoction !


Une infusion est un mode préparatoire qui consiste à verser de l’eau frémissante, c’est-à-dire sur le point de bouillir, sur un mélange de plantes (sèches ou fraîches) dans un récipient couvert.

On conseille souvent de couvrir le mélange pendant l’infusion : c’est tout bonnement pour conserver les principes actifs volatiles. Mais si vous ne les voulez pas et bien vous ne couvrez pas et puis c’est tout !

Et puis oubliez les bouilloires précisant la température… quand l’eau est sur le point de bouillir (peu importe la température mais normalement on ne doit pas être loin des 100°C en France) c’est que c’est le bon moment pour la verser sur vos plantes.


Marmite, chaudron, casserole….

Et si on causait récipient à infusion ? En d’autre terme, de "théière", oui mais pas si simple en fait ! Cela peut éventuellement convenir mais il faudra associer à votre théière des équipements : passette, passoire, boule à thé… ou filtre adapté. Sauf que les plantes vous donneront le meilleur d’elles-mêmes si et seulement si elles nagent librement : alors limitez donc leurs contraintes physiques !

Vous pourriez tout à fait utiliser une casserole (ni en fer ni en aluminium) avec son couvercle (ou une assiette, mais attention aux risques de brûlure quand vous la manipulez) puis filtrez votre infusion dans un second temps. Je dis pourquoi pas ! Mais on n'est pas encore au top.

Alors alors… vous voulez vraiment savoir quel est le meilleur récipient pour faire de la tisane ? Et bien c’est une cafetière à piston ! Oui, une cafetière que vous détournerez comme un vrai pirate : osez hacker* bon sang !

Avec votre "cafetière détournée", vous disposez de tout ce qu’il faut :

  • de place pour que les plantes nagent allègrement et se libèrent;

  • d'un dispositif intégré tellement pratique : le fameux système de piston qui vous permet de filtrer en un coup de main (et même d’une seule).

Cerise sur le gâteau, la cafetière détournée en tisanière est translucide et vous pouvez contempler le spectacle ! Vous savez bien que la beauté de ce qu’on déguste, ça compte beaucoup pour le plaisir gustatif !


Tisanière façon cafetière détournée pour faire un litre de bonne tisane !


Mais alors plantes fraîches ou sèches ?

La plante fraîche contient plus d’eau… il vous en faudra donc en plus grande quantité (environ 3 fois plus si on veut l’équivalent "goût et principe actif") que dans sa version sèche. Soit, au bout du compte c’est pareil… sauf que personnellement, je préfère les plantes sèches. Car quand je les réhydrate, j’ai l’impression de les réanimer… et je trouve ça tellement beau… alors qu’avec la plante fraîche ébouillantée, j’ai presque mal pour elle !


La durée de l’infusion ?

En général, les plantes infusées libèrent leur principe actif rapidement : en moins de 10 minutes. Je conseille d’oublier votre infusion de plantes un petit quart d’heure, le temps qu’elles se fassent une beauté rien que pour vous… mais n’attendez pas trop sinon votre tisane sera froide ! Et de grâce, ne la réchauffez pas au micro-onde ! On n’a pas fait tout ça pour ça… rajoutez juste de l’eau bien chaude dans votre tasse si besoin. Alors vous ne ferez qu’allonger votre tisane et décidément le café (qui s'allonge souvent lui aussi) n’est pas encore bien loin.


Enfin quelle quantité idéale de plantes ?

Pour le volume de ma "cafetière détournée fétiche", je prends du bout des doigts (après m’être lavé et bien séché les mains) une grosse pincée de mon mélange homogène. "Homogène" veut dire prendre de tout : pour cela, on peut soit mélanger les plantes dans le sachet du bout des doigts (encore propres), soit prélever individuellement des plantes (par exemple on reconnaîtra facilement les bractées et les fleurs de tilleul ou les feuilles de verveine : alors prenez-en 3 ou 4 de chaque et prélevez tout simplement un peu du reste).


Et si tout ça était de l'Art...

Guettez d'une oreille l'eau qui frémit,

Observez, touchez et choisissez les plantes qui vous attendent sagement dans leur sachet, Sentez au passage leur parfum,

Et, prenez le temps de les regarder danser !


Bonne dégustation !


* hacker c’est "détourner" en anglais.


75 vues0 commentaire